Formulaire de recherche

Contrat de mariage entre Toussaint FIEVET et Marie Catherine LASSELIN : 06-05-1713 [2E26-409]

Comparut en sa personne Toussaint Fiévet, jeune homme à marier demeurant à Carnières, fils de feu Paul et d’encore vivante Marie Anne Dupuis, assisté et accompagné d’icelle, de Pierre Fiévet son frère, Humbert Gambart son beau-frère et de Pierre Dupuis son oncle maternel d’une part. Et Marie Catherine Lasselin, aussi jeune fille à marier de Jean et de feue Marie Sorlin, assistée et accompagnée de son dit père et de Marie Godelot sa belle-mère et d’Antoine Sorlin son cousin germain d’autre part. Lesquelles parties comparantes dirent et reconnurent que traité de mariage était devisé et pourparlé entre eux, lequel au plaisir de Dieu se fera et solennisera en la face de notre mère la Sainte Eglise si elle y consente, mais auparavant que de parvenir à aucuns liens d’icelui a été dit et devisé les promesses et articles suivants.

Premièrement, quant est du bien et portement de mariage dudit Toussaint Fievet, Marie Anne Dupuis sa mère, ici présente et comparante, déclare qu’il aura la jouissance de trois pintes de terre prestement à prendre en une mencaudée situées au terroir dudit Carnières tenant à une mencaudée occupée par Nicolas Leclercq, à une mencaudée occupée par Chrétien Lasselin et à une autre mencaudée dudit Leclercq. Item, ladite Dupuis, sa dite mère, s’oblige et promet de lui fournir deux sommiers et la moities des chevrons et … pour faire une maison de deux places qui feront entre quatorze et quinze pieds de largeur chacun et d’en faire la moitié des murs à ses frais et dépens. Duquel port de mariage, ladite Marie Catherine Lasselin, sa future épouse, a déclaré d’en être contente et apaisée aussi bien que ses assistants.

Et au regard du port de mariage de ladite Marie Catherine Lasselin, Jean Lasselin son père et Marie Godelot sa belle-mère, ici présents et comparants, s’obligent de faire à leurs frais et dépens, la moitié desdites deux places et d’en fournir la moitié des matériaux et charpentes à l’encontre de ladite Marie Anne Dupuis, mère et belle-mère desdits futurs mariants. Item, ils s’obligent encore de lui donner en propriété prestement comme en effet ils lui donnent le tiers d’une mencaudée de terre en jardinage à prendre du côté du jardin de Pierre Fiévet de Carnières tenant à l’héritage de Philippe Dormard, à la rue venant de l’église à Cambrai et d’autre à Jean Sorlin, pour par elle en jouir sitôt ce mariage consommé. Parmi quoi, elle renonce aussi bien que son futur époux aux autres terres en jardinage de ses dits père et mère. De quoi, cependant, iceux père et belle-mère, seront à la réquisition desdits futurs mariants tenus et obligés de leur en faire et passer tous bons devoirs de loi par devant qui il appartiendra, et d’en obtenir décret et autorisation de justice en cas de besoin, dont les frais demeureront à la charge de leurs dits père et mère et de ladite Marie Anne Dupuis, moitié par moitié. Et qu’outre cela, il lui donneront une couverte de laine et une paire de linceuls selon qu’il est spécifié au mariage dudit Lasselin son père avec Marie Godelot sa belle-mère et les autres pièces y mentionnées, si comme vingt florins de formoture, vingt florins pour une vache, avec mineau, cuvelle, seau et un chaudron de cuivre, conformément audit contrat de mariage. Duquel port de mariage ledit Toussaint Fiévet son futur époux a pareillement déclaré d’en être content et apaisé, aussi bien que ses assistants.

Ayant été conditionné entre les futurs mariants que le dernier vivant d’eux deux, avec enfants ou sans enfant, demeurera en tous biens meubles, nom et action mobiliaire que délaissera le prémourant à charge des dettes, obsèques et funérailles du prédécédé. Conditionné en outre entre lesdits futurs mariants que le dernier vivant d’eux deux jouira sa vie durant de tous les biens de fonds qui seront délaissés par le prémourant soit avec enfant ou sans enfant.

Toutes lesquelles devises, promesses et choses dites, les parties comparantes et futurs mariants ont promis respectivement tenir, entretenir, payer et accomplir de point en point et par la manière dite, par leur foi et serment sous l’obligation de leurs personnes et biens présents et futurs sur soixante sols tournois de peine à donner & renonçant à toutes choses contraires, mêmement ladite femme au droit du senatus consul Vellean et à l’authentique su qua mulier à elle donné à entendre.

Ainsi fait et passé à Cambrai par devant les notaires royaux y résidents soussignés, avec lesdits comparants, le six de mai mil sept cent treize après lecture bien entendu que les père et mère desdits futurs mariants marient lesdits futurs mariant nets des dettes jusqu’à ce jour.

Suivent les marques et signatures de Toussaint Fiévet, Marie Catherine Lasselin, Jean Lasselin, Pierre Fiévet, Marie Anne Dupuis, Hobert Gambart, Pierre Dupuis, Antoine Sorlin, Marie Godelot, A.Queulain (notaire) et B.Watier (notaire).

Hotel - This is a contributing Drupal Theme
Design by WeebPal.