Formulaire de recherche

Contrat de mariage entre Antoine TUBOISE et Marguerite MILLOT : 25-11-1690 [2E26-24]

Du vingt cinquième jour du mois de novembre an mil six cent quatre vingt dix.

Comparut en sa personne Antoine Tuboise, veuf de défunte Barbe Goffart, laboureur demeurant à Saint Souplet, assisté et accompagné d’honnêtes personnes de François et Charles Tuboise ses frères d’une part. Marguerite Millot, jeune fille à marier, assistée et accompagnée d’honnêtes personnes de Martin Millot et de Jacqueline Gossart, ses père et mère, demeurant audit Saint Souplet et de Druon Cappelier son compère d’autre part. Et reconnurent que pour parvenir au mariage pour parler qui, au plaisir de Dieu, de bref se passera et solennisera en face de notre mère la Sainte Eglise si elle y assente d’entre ledit Antoine Tuboise et ladite Marguerite Millot, mais auparavant avoir quelque lien ou promesse de mariage par ensemble, les devises et conditions sont telles que s’en suivent.

Et premièrement, quant est du bien et portement de mariage dudit Antoine Tuboise, a déclaré d’avoir en sa possession un petit marché et dépendances de monseigneur illustrissime et révérendissime archevêque de Cambrai, comme est plus amplement déclaré et porté par ses baux de cense avec les chevaux et autres ustensiles servant à la labour. De plus, a été déclaré par ledit Antoine Tuboise qu’il est demeuré avec quatre enfants mineurs délaissés par ladite défunte Barbe Goffart, leur a été assigné pour leur formoture comptant la somme de cinq cent cinquante florins à répartir entre eux quatre également. Et qu’au surplus, a été encore assigné à Marie Barbe Goffart, seule fille mineure desdits quatre enfants la somme de cinquante florins outre lesdits cinq cent cinquante pour son aménagement. Si en cas arrivant que l’un ou deux des quatre mineurs viendraient à décéder sans prendre état honorable de mariage ou autrement, en ce cas la moitié de leur formoture demeurera et appartiendra auxdits futurs mariants et l’autre moitié aux deux ou trois enfants qui resteront et demeureront vivants. Et finalement, a été déclaré que les futurs mariants nourriront et alimenteront lesdits enfants mineurs jusqu’à l’âge de dix sept ans et leur faire apprendre des métiers en cas qu’ils le veulent apprendre, le tout fait comme bon père de famille doit faire selon leur qualité et condition. De tout quoi, lesdits six cents florins se devront payer par lesdits futurs mariants aux mineurs de chacun sa part lorsqu’ils prendront état honorable de mariage ou autrement. Duquel portement de mariage, lesdits comparants s’en sont tenus pour suffisamment apaisés.

Et quant est du bien et portement de mariage de ladite Marguerite Millot, ledit Martin Millot et ladite Jacqueline Goffart, ses père et mère, lui donnent quatre mencaudées de terres labourables prises en huit mencaudées et demie, situées sur le terroir dudit Saint Souplet, tenant ladite pièce de lisière à deux mencaudées de …, d’autre lisière aux terres de …, d’un bout au chemin de Saint Souplet à Escaufourt, d’autre bout aux terres de la veuve de Jean Artus, à prendre lesdits quatre mencaudées de deux sens aux terres de la veuve de Jean Artus, d’autres aux terres desdits …, pour elle et son futur mari en jouir de deux mencaudées sitôt le mariage achevé et les deux autres mencaudées pour par elle en jouir seulement après le décès et trépas dudit Millot et de ladite Goffart et non devant. Le tout en témoin de sa part dont les devoirs de loi en ont été fait ci-devant au profit de ladite mariante. De plus, ont promis de lui donner la somme de deux cents florins une fois. Savoir cent florins pendant le jour du Noël de l’an qu’on dira mil six cent nonante et un, et cinquante florins au Noël ensuivant et les autres cinquante florins faisant l’accomplissement desdits deux cents florins au Noël de l’an qu’on dira mil six cent nonante trois. Item, lui donnent une vache de poil noir à prendre dans leur étable sitôt le mariage achevé.

Et finalement, a été convenu et accordé entre les parties que le survivant desdits futurs mariants demeurera à hoir ou sans hoir paisible en tous biens meubles, aux charges des dettes, obsèques et funérailles, à la réserve de trois principales pièces de meuble servant au corps de ladite Marguerite Millot que ses plus prochains parents pourront reprendre à leur cause en cas qu’elle viendrait à mourir sans hoir sans être obligés aux dettes et funérailles de ladite décédée.

Tous lesquels devises, promesses, dons, retours et conditions susdits, lesdits comparants ont promis tenir et entretenir de point en point sans dire autrement ou juridiquement en aller au contraire, par leur foi et serment sous l’obligation de tous leurs biens présents et à venir et sur soixante sols tournois de peine à donner & renonçant &.

Ce fut fait, reconnu et passé audit Saint Souplet, par devant le notaire soussigné, en présence de Bartolomé Pruvost et Jacques Crosette, témoins à ce requis et appelé les jour, mois et an susdits.

Suivent les marques et signatures d’Antoine Tuboise, Marguerite Millot, François Tuboise, Charles Tuboise, Jacqueline Goffart, Druon Caplier, Millot et Legrand (notaire).

***

Le soussigné confesse avoir reçu de Jacqueline Goffart la somme de deux cents florins pour et à la décharge des deux cents florins portés au blanc du présent contrat, partant le soussigné en passer ceste, quittance absolue par .. toutes autres quittance antérieures. Ainsi fait et passé audit Saint Souplet le quatrième jour de février mille six cent nonante et trois par devant moi notaire Philippe Legrand, témoin.

Suivent les signatures d’Antoine Tuboise et Philippe Legrand (notaire).

 

Hotel - This is a contributing Drupal Theme
Design by WeebPal.